Soins hospitaliers

Méthodes

Méthode

L’unité de mesure utilisée est la dose définie journalière ( defined daily dose , DDD). Le World Health Organization Collaborating Center of Drug Statistics Methodology a défini la DDD comme la dose moyenne journalière d’un traitement d’entretien pour un médicament administré à un adulte de 70 kg et utilisé dans son indication principale [1]. Une DDD est assignée à chaque forme pharmaceutique d’un médicament du système ATC. C’est une dose théorique, un compromis entre les recommandations posologiques de différentes indications, fixée et réactualisée régulièrement par l’OMS. Le système DDD mesure la quantité en poids de médicament utilisé, indépendamment du dosage et de la taille du conditionnement, ce qui favorise les comparaisons de consommation entre les hôpitaux ou les pays [2]. Les quantités en grammes d’antibiotiques ont été converties en DDD et ensuite rapportées en DDD par 100 journées d’hospitalisation (densité d’utilisation). Elles sont recommandées par l’OMS comme unité de mesure pour les études de consommation en milieu hospitalier [3, 4]. Selon l’office fédéral des statistiques, les journées d’hospitalisation correspondent à la somme du nombre de jours durant l’année pendant lesquels les patients sont pris en charge. En 2012, cette définition a été modifiée d’après les SwissDRG. Sont alors comptés dans la durée de séjour, le jour d’entrée ainsi que chaque jour d’hospitalisation supplémentaire, exception faite du jour de transfert ou de sortie. Les jours entiers de congés ne comptent pas non plus dans la durée de séjour.   

Récolte des données

Le recrutement s’est effectué principalement auprès des pharmaciens hospitaliers de par leur accès aisé aux quantités d’antibiotiques livrés aux unités de soin, permettant ainsi la mise en place d’un réseau sentinelle d’hôpitaux de soins aigus.

Résultats

Au niveau suisse, 50 hôpitaux ont participé au réseau sentinelle en 2004, 61 en 2012, ce qui représente env. 50% des journées d’hospitalisation des établissements hospitaliers de soins généraux. Les hôpitaux sentinelles étaient stratifiés en 3 catégories de taille : moins de 200 lits, 200 à 500 lits et plus de 500 lits.

a)   Evolution de la consommation d’antibiotiques de 2004 à 2012

La densité globale d’utilisation des antibiotiques dans les hôpitaux de soins aigus en Suisse est de 58.7 DDD/100 journées d’hospitalisation (moyenne pondérée) en 2012.  On observe une augmentation de l’utilisation des antibiotiques entre 2004 et 2012 (+ 27%). L’évolution de la consommation des antibiotiques est représentée dans la figure 1 pour la période 2004 à 2012.

Figure 1: Densité totale d’utilisation des antibiotiques de 2004 à 2012, exprimés en DDD par 100 journées d’hospitalisation.

Densité totale d’utilisation des antibiotiques de 2004 à 2012, exprimés en DDD par 100 journées d’hospitalisation

 

a)   Profil de consommation pour quelques antibiotiques et familles d’antibiotiques

Les antibiotiques ayant connu une forte augmentation de l’utilisation entre 2004 et 2012 sont par exemple la piperacilline associée au tazobactam (+ 285%), la colistine (+ 283%), le méropénème (+ 124%), la vancomycine (+ 127%). L’utilisation de norfloxacine montre par contre une tendance à la diminution (-61%) entre 2004 et 2012, tout comme la minocycline (- 77%).

Les pénicillines sont la famille d’antibiotiques la plus utilisée dans les hôpitaux de soins aigus en Suisse, suivies par les céphalosporines et les quinolones.

Parmi les pénicillines, l’amoxicilline associée à l’acide clavulanique est l’antibiotique le plus utilisé en 2012 dans les hôpitaux de soins aigus (18.4 DDD/100 journées d’hospitalisation ; 2011 : 17.2).

La figure 2 illustre les différences de consommation des pénicillines pour la période 2004 à 2012 dans les 3 catégories de taille d’hôpitaux.

Figure 2: Consommation de pénicillines dans les catégories de tailles d’hôpitaux pour la période 2004 à 2012, exprimée en DDD par 100 journées d’hospitalisation.

Consommation de pénicillines dans les catégories de tailles d’hôpitaux pour la période 2004 à 2012, exprimée en DDD par 100 journées d’hospitalisation

 

La consommation de fluoroquinolones est en diminution depuis 2007 dans le réseau sentinelle (de 8.0 en 2007 à 6.6 DDD/100 journées d’hospitalisation en 2012), alors que cette famille était en constante augmentation depuis 2004. Cette diminution est plus marquée dans les hôpitaux de grande taille (Figure 3). La ciprofloxacine représente plus de 2/3 de la consommation des fluoroquinolones.

Figure 3: Consommation de fluoroquinolones dans les catégories de taille d’hôpitaux pour la période 2004 à 2011, exprimée en DDD/100 journées d’hospitalisation.

Consommation de fluoroquinolones dans les catégories de taille d’hôpitaux pour la période 2004 à 2011, exprimée en DDD/100 journées d’hospitalisation

 

La proportion des antibiotiques à très large spectre (aztreonam, cefepime, ceftazidime, imipenem, meropenem, piperacilline sans/avec tazobactam, ticarcilline sans/avec acide clavulanique) a augmenté dans les hôpitaux sentinelles, passant de 9.8% en 2004 à 11.0% en 2012 (proportion de la consommation totale). La figure 4 montre les différences de proportion entre les 3 catégories de taille d’hôpitaux.

Figure 4: Proportion d’antibiotiques à large spectre dans les catégories de taille d’hôpitaux pour la période 2004 à 2012, exprimée en proportion de la consommation totale.

Proportion d’antibiotiques à large spectre dans les catégories de taille d’hôpitaux pour la période 2004 à 2012, exprimée en proportion de la consommation totale

 

Les carbapénèmes  présentent une bonne efficacité vis-à-vis de la majorité des Gram +, des Gram – et des anaérobes, y compris les souches productrices de beta-lactamases, permettant de lutter efficacement contre les infections causées par des germes résistants à beaucoup d’autres beta-lactames [5;6] . Leur utilisation en clinique devrait être prudente afin de les préserver d’une augmentation de leur résistance.

On observe cependant une augmentation de l’utilisation des carbapénèmes dans le réseau sentinelle entre 2004 et 2012 (+ 113%). La figure 5 montre l’utilisation des carbapénèmes dans les 3 catégories de taille d’hôpitaux.

Figure 5: Densité d’utilisation des carbapénèmes par taille d’hôpitaux de 2004 à 2012, exprimée en DDD par 100 journées d’hospitalisation.

Densité d’utilisation des carbapénèmes par taille d’hôpitaux de 2004 à 2012, exprimée en DDD par 100 journées d’hospitalisation

 

b)   Consommation globale d’antibiotiques dans les unités de soins intensifs adulte

Les unités de soins intensifs sont particulièrement concernés par l’antibiorésistance parce qu’un quart des infections acquises à l’hôpital implique des patients hospitalisés dans ces unités et 70% de ces infections sont résistantes à un ou plusieurs antibiotiques [7]. Ces unités sont dès lors de grands consommateurs d’antibiotiques.

Globalement, la densité d’utilisation est restée stable dans les unités de soins intensifs adulte du réseau sentinelle entre 2004 et 2012 (resp. 99.1 et 107.1 DDD/100 journées d’hospitalisation). La figure 6 montre la densité d’utilisation pour les 3 catégories de taille d’hôpitaux.

Figure 6: Densité globale d’utilisation dans les unités de soins intensifs adultes par catégorie de taille d’hôpitaux de 2004 à 2012, exprimée en DDD par 100 journées d’hospitalisation.

Densité globale d’utilisation dans les unités de soins intensifs adultes par catégorie de taille d’hôpitaux de 2004 à 2012, exprimée en DDD par 100 journées d’hospitalisation

 

Références

[1] World Health Organization Collaboration Center for Drug Statistics Methodology. ATC index with DDDs. Oslo : World Health Organization, 2005.

[2] Natsch S, Hekster YA, de Jong R, Heerdink ER, Herings RM, van der Meer JW. Application of the ATC/DDD methodology to monitor antibiotic drug use. Eur J Clin Microbiol Infect Dis 1998 ; 17(1) :20-4.

[3] Dukes MN. Drug utilization studies. Methods and uses. WHO Reg Publ Eur Ser 1993 ; 45 :1-4.

[4] de With K, Maier L, Steib-Bauert M, Kern P, Kern WV. Trends in antibiotic use at a university hospital: defined or prescribed daily dose ? Patient days or admissions as denominator ? Infection. 2006; 34(2): 91-4.

[5] Zhanel GG, Wiebe R, Dilay L, Thomson K, Rubinstein E, Hoban DJ et al. Comparative review of the carbapenems. Drugs 2007; 67(7): 1027-1052.

[6] Nicolau DP. Carbapenems: a potent class of antibiotics. Expert Opin Pharmacother 2008; 9(1): 23-37.

[7] Eggimann P, Pittet D. Infection Control in the ICU. Chest 2001; 120(6): 2059-93.